Discussion:
Le temps newtonien est aussi faux que possible.
Add Reply
jc_lavau
2018-08-29 16:59:47 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Le temps newtonien est aussi faux que possible.

Le temps universel et ubiquiste d'Isaac Newton était confectionné à
l'usage de son dieu à lui qu'il avait, chargé de tout surveiller et tout
voir simultanément.
Toutefois...
Ainsi qu'il fut utilisé par Albert Einstein en 1916, dans Quantentheorie
der Strahlung (On the Quantum Theory of Radiation) Mitteilungen der
Physikalischen Gesellschaft, Zürich, 16, 47–62, tout photon transporte
une impulsion proportionnelle à sa fréquence : h.\nu / c. Einstein a
prouvé là que toute émission de photon est directionnelle.

Aussi un atome situé à des milliards d'années lumière d'ici, quand il
émet un photon, recule immédiatement, dans son ici-et-maintenant de son
repère propre. Contrairement à ce que prétend la théorie de la "fonction
d'onde" et de l'"effondrement de la fonction d'onde", il n'attend pas
des milliards d'années que le photon ait atteint un absorbeur, pour
savoir dans quelle direction il recule.

A l'arrivée, ce photon impose aussi un recul à l'atome émetteur (ou
molécule, ou cristal, etc), dans l'ici-et-maintenant de l'absorbeur. Le
photon a voyagé à temps propre nul, aussi pour lui le départ et
l'arrivée sont simultanés. Tout photon est un court-circuit à travers
des espaces-temps fort éloignés, jusqu'à quatorze milliards d'années en
l'état actuel de nos connaissances (voire bien davantage pour ce que
nous n'observons pas à présent). Tout photon rompt l'unicité de
l'espace-temps, or il circule vraiment beaucoup de photons...

La mauvaise nouvelle est que dans tous les amphis de Mécanique
Quantique, et dans tous les manuels, il utilisent et enseignent ce temps
newtonien, comme paramètre universel et ubiquiste, à leur disposition.

Tout étudiant en psychologie développementale, qui a étudié la
construction du réel chez l'enfant avec Jean Piaget, reconnaît
immédiatement l'immaturité des enseignants de MQ, qui s'imaginent qu'ils
créent l'événement quand ils daignent l'observer.

Cela prend des années à l'enfant pour dégager la permanence des objets,
au delà des tableaux à sa disposition. Quand vous prenez une boule de
pâte à modeler et l'étirez en long boudin, il est un âge où les enfants
décident qu'il y en a plus, puisqu'ils la voient davantage. Reformez la
boule, et l'enfant du même âge opine qu'il y en a moins. Un an plus
tard, il opinera pour la conservation : "J'ai bien vu que tu n'en
rajoutais pas".

A ce jour, les croyants n'ont pas encore intégré la conservation de
l'impulsion (aux corrections relativistes près) et du quantum de Planck.
J'ai déjà traduit une de ces vedettes à
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/exemple-de-l-impasse-gottingen-193976

et depuis elle a fourni bien d'autres échantillons de sa théologie.

En tout repère, notre macro-temps n'est qu'une émergence statistique de
toutes les interactions, et est dépourvu de tout pouvoir causal en
microphysique.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
François Guillet
2018-08-29 19:08:06 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by jc_lavau
Le temps newtonien est aussi faux que possible.
Le temps universel et ubiquiste d'Isaac Newton était confectionné à
l'usage de son dieu à lui qu'il avait, chargé de tout surveiller et tout
voir simultanément.
Toutefois...
Ainsi qu'il fut utilisé par Albert Einstein en 1916, dans Quantentheorie
der Strahlung (On the Quantum Theory of Radiation) Mitteilungen der
Physikalischen Gesellschaft, Zürich, 16, 47–62, tout photon transporte
une impulsion proportionnelle à sa fréquence : h.\nu / c. Einstein a
prouvé là que toute émission de photon est directionnelle.
Aussi un atome situé à des milliards d'années lumière d'ici, quand il
émet un photon, recule immédiatement, dans son ici-et-maintenant de son
repère propre. Contrairement à ce que prétend la théorie de la "fonction
d'onde" et de l'"effondrement de la fonction d'onde", il n'attend pas
des milliards d'années que le photon ait atteint un absorbeur, pour
savoir dans quelle direction il recule.
A l'arrivée, ce photon impose aussi un recul à l'atome émetteur (ou
molécule, ou cristal, etc), dans l'ici-et-maintenant de l'absorbeur. Le
photon a voyagé à temps propre nul, aussi pour lui le départ et
l'arrivée sont simultanés. Tout photon est un court-circuit à travers
des espaces-temps fort éloignés, jusqu'à quatorze milliards d'années en
l'état actuel de nos connaissances (voire bien davantage pour ce que
nous n'observons pas à présent). Tout photon rompt l'unicité de
l'espace-temps, or il circule vraiment beaucoup de photons...
...

Est-ce que cela interdit la mesure non destructive d'un photon à la
volée, par exemple à mi-chemin ?
jc_lavau
2018-08-29 20:32:20 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by François Guillet
Post by jc_lavau
Le temps newtonien est aussi faux que possible.
Le temps universel et ubiquiste d'Isaac Newton était confectionné à
l'usage de son dieu à lui qu'il avait, chargé de tout surveiller et tout
voir simultanément.
Toutefois...
Ainsi qu'il fut utilisé par Albert Einstein en 1916, dans Quantentheorie
der Strahlung (On the Quantum Theory of Radiation) Mitteilungen der
Physikalischen Gesellschaft, Zürich, 16, 47–62, tout photon transporte
une impulsion proportionnelle à sa fréquence : h.\nu / c. Einstein a
prouvé là que toute émission de photon est directionnelle.
Aussi un atome situé à des milliards d'années lumière d'ici, quand il
émet un photon, recule immédiatement, dans son ici-et-maintenant de son
repère propre. Contrairement à ce que prétend la théorie de la "fonction
d'onde" et de l'"effondrement de la fonction d'onde", il n'attend pas
des milliards d'années que le photon ait atteint un absorbeur, pour
savoir dans quelle direction il recule.
A l'arrivée, ce photon impose aussi un recul à l'atome émetteur (ou
molécule, ou cristal, etc), dans l'ici-et-maintenant de l'absorbeur. Le
photon a voyagé à temps propre nul, aussi pour lui le départ et
l'arrivée sont simultanés. Tout photon est un court-circuit à travers
des espaces-temps fort éloignés, jusqu'à quatorze milliards d'années en
l'état actuel de nos connaissances (voire bien davantage pour ce que
nous n'observons pas à présent). Tout photon rompt l'unicité de
l'espace-temps, or il circule vraiment beaucoup de photons...
...
Est-ce que cela interdit la mesure non destructive d'un photon à la
volée, par exemple à mi-chemin ?
Nous avions déjà détaillé, au temps où l'article était disponible, le
résultat du labo Alfred Kastler, qui mesurait un photon thermique - en
fait la résonance d'un photon et d'un ou plusieurs phonons -
stationnaire dans un interféromètre de 27 mm, et dont il était
l'harmonique 9. Durée de vie observée : de l'ordre 0,45 s. Ils testaient
si le photon était toujours là en envoyant en travers des atomes de
Rydberg qui devaient transiter entre l'état 51 et l'état 52.

En revanche, si tu espérais mesurer un cas astronomique courant,
tarataboum ! Tu n'as aucun moyen d'isoler un photon des autres, tu ne
sais pas où ils vont passer, du fait de la turbulence atmosphérique, tu
ne sais pas imposer que ce soit telle fréquence, tu peux juste décider
que toi tu ne détecteras que telle fréquence.

Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
Python
2018-09-02 08:44:18 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Le 29/08/2018 à 22:32, jc_lavau a écrit :
...
Post by jc_lavau
Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
Tout comme dans le bouquin, c'est bien gentil de sortir la valeur
numérique d'un jamais bien défini "fuseau de Fermat", ce serait
encore bien plus gentil d'indiquer en quoi cette valeur se
confronte avec l'expérience d'une façon ou d'une autre: du
quantitatif confronté à rien n'a aucun sens...
jc_lavau
2018-09-02 10:14:39 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Python
...
Post by jc_lavau
Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
Tout comme dans le bouquin, c'est bien gentil de sortir la valeur
numérique d'un jamais bien défini "fuseau de Fermat", ce serait
encore bien plus gentil d'indiquer en quoi cette valeur se
confronte avec l'expérience d'une façon ou d'une autre: du
quantitatif confronté à rien n'a aucun sens...
Je te renvoie à Pierre de Fermat. La géométrie, il ne l'avait pas, faute
de longueur d'onde.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
Ahmed Ouahi, Architect
2018-09-02 12:48:16 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
... Quoique à la rigueur n'y en serait-il aucunement superflu ne serait-ce
que d'y en prêtter une attention adéquate à certaines considérations
infinitésimales de certains sections coniques qui en avaient-elles été
appliquées en la matière pour constructions des racines des équations
algébriques lorsque les fasse-t-on pivoter ...
--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!
Post by Python
...
Post by jc_lavau
Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
Tout comme dans le bouquin, c'est bien gentil de sortir la valeur
numérique d'un jamais bien défini "fuseau de Fermat", ce serait
encore bien plus gentil d'indiquer en quoi cette valeur se
confronte avec l'expérience d'une façon ou d'une autre: du
quantitatif confronté à rien n'a aucun sens...
Je te renvoie à Pierre de Fermat. La géométrie, il ne l'avait pas, faute
de longueur d'onde.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
Python
2018-09-02 13:50:53 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by jc_lavau
Post by Python
...
Post by jc_lavau
Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
Tout comme dans le bouquin, c'est bien gentil de sortir la valeur
numérique d'un jamais bien défini "fuseau de Fermat", ce serait
encore bien plus gentil d'indiquer en quoi cette valeur se
confronte avec l'expérience d'une façon ou d'une autre: du
quantitatif confronté à rien n'a aucun sens...
Je te renvoie à Pierre de Fermat. La géométrie, il ne l'avait pas, faute
de longueur d'onde.
Rien donc. Pas vraiment une surprise. Par ailleurs outre l'absence
de référence à un quelconque texte de Fermat, il se trouve que le
terme "fuseau de Fermat" n'est utilisé que par un seul auteur, sauf
preuve du contraire, pour l'heure introuvable.
jc_lavau
2018-09-02 20:23:35 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Python
Post by jc_lavau
Post by Python
...
Post by jc_lavau
Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
Tout comme dans le bouquin, c'est bien gentil de sortir la valeur
numérique d'un jamais bien défini "fuseau de Fermat", ce serait
encore bien plus gentil d'indiquer en quoi cette valeur se
confronte avec l'expérience d'une façon ou d'une autre: du
quantitatif confronté à rien n'a aucun sens...
Je te renvoie à Pierre de Fermat. La géométrie, il ne l'avait pas, faute
de longueur d'onde.
Rien donc. Pas vraiment une surprise. Par ailleurs outre l'absence
de référence à un quelconque texte de Fermat, il se trouve que le
terme "fuseau de Fermat" n'est utilisé que par un seul auteur, sauf
preuve du contraire, pour l'heure introuvable.
C'était impossible, tout le monde le savait.
Sauf l'idiot.
Et l'idiot l'a réussi.
Contrairement à toi qui ne réaliseras jamais rien.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
Python
2018-09-03 08:24:56 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by jc_lavau
Post by Python
Post by jc_lavau
Post by Python
...
Post by jc_lavau
Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
Tout comme dans le bouquin, c'est bien gentil de sortir la valeur
numérique d'un jamais bien défini "fuseau de Fermat", ce serait
encore bien plus gentil d'indiquer en quoi cette valeur se
confronte avec l'expérience d'une façon ou d'une autre: du
quantitatif confronté à rien n'a aucun sens...
Je te renvoie à Pierre de Fermat. La géométrie, il ne l'avait pas, faute
de longueur d'onde.
Rien donc. Pas vraiment une surprise. Par ailleurs outre l'absence
de référence à un quelconque texte de Fermat, il se trouve que le
terme "fuseau de Fermat" n'est utilisé que par un seul auteur, sauf
preuve du contraire, pour l'heure introuvable.
C'était impossible, tout le monde le savait.
Sauf l'idiot.
Et l'idiot l'a réussi.
Contrairement à toi qui ne réaliseras jamais rien.
Réussir à prétendre, certainement, ça l'Idiot il sait le faire.
Python
2018-09-08 15:02:40 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by jc_lavau
Post by Python
Post by jc_lavau
Post by Python
...
Post by jc_lavau
Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
Tout comme dans le bouquin, c'est bien gentil de sortir la valeur
numérique d'un jamais bien défini "fuseau de Fermat", ce serait
encore bien plus gentil d'indiquer en quoi cette valeur se
confronte avec l'expérience d'une façon ou d'une autre: du
quantitatif confronté à rien n'a aucun sens...
Je te renvoie à Pierre de Fermat. La géométrie, il ne l'avait pas, faute
de longueur d'onde.
Rien donc. Pas vraiment une surprise. Par ailleurs outre l'absence
de référence à un quelconque texte de Fermat, il se trouve que le
terme "fuseau de Fermat" n'est utilisé que par un seul auteur, sauf
preuve du contraire, pour l'heure introuvable.
C'était impossible, tout le monde le savait.
Sauf l'idiot.
Et l'idiot l'a réussi.
Contrairement à toi qui ne réaliseras jamais rien.
6 jours plus tard aucune réflexion ne semble avoir fait comprendre
le problème à l'auteur du traité indigeste.

- Un concept physique quantitatif est évoqué à de nombreuses reprises
dans le dit traité
- Ce concept y est à peine défini (un vague schéma qui n'apporte pas
grand chose)
- Aucune référence s'y référent n'est citée, pourtant il est sous-
entendu qu'elles existent, on n'en trouve nulle trace ni par les
moteurs de recherche généralistes, ni par les moteurs de recherche
académiques (on ne tombe QUE sur des textes du même auteur), pas
même les œuvres de Fermat lui-même ne mentionne le sujet
- L'évaluation quantitative du concept en question (largeur du
fuseau de Fermat) n'est JAMAIS confronté à une mesure expérimentale
dans le traité déjà évoqué

ça commence à faire beaucoup de lumières rouges qui clignotent sur le
détecteur de foutaise.
jc_lavau
2018-09-10 08:58:09 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Python
Post by jc_lavau
Post by Python
Post by jc_lavau
Post by Python
...
Post by jc_lavau
Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
Tout comme dans le bouquin, c'est bien gentil de sortir la valeur
numérique d'un jamais bien défini "fuseau de Fermat", ce serait
encore bien plus gentil d'indiquer en quoi cette valeur se
confronte avec l'expérience d'une façon ou d'une autre: du
quantitatif confronté à rien n'a aucun sens...
Je te renvoie à Pierre de Fermat. La géométrie, il ne l'avait pas, faute
de longueur d'onde.
Rien donc. Pas vraiment une surprise. Par ailleurs outre l'absence
de référence à un quelconque texte de Fermat, il se trouve que le
terme "fuseau de Fermat" n'est utilisé que par un seul auteur, sauf
preuve du contraire, pour l'heure introuvable.
C'était impossible, tout le monde le savait.
Sauf l'idiot.
Et l'idiot l'a réussi.
Contrairement à toi qui ne réaliseras jamais rien.
6 jours plus tard aucune réflexion ne semble avoir fait comprendre
le problème à l'auteur du traité indigeste.
- Un concept physique quantitatif est évoqué à de nombreuses reprises
  dans le dit traité
- Ce concept y est à peine défini (un vague schéma qui n'apporte pas
  grand chose)
- Aucune référence s'y référent n'est citée, pourtant il est sous-
  entendu qu'elles existent, on n'en trouve nulle trace ni par les
  moteurs de recherche généralistes, ni par les moteurs de recherche
  académiques (on ne tombe QUE sur des textes du même auteur), pas
  même les œuvres de Fermat lui-même ne mentionne le sujet
- L'évaluation quantitative du concept en question (largeur du
  fuseau de Fermat) n'est JAMAIS confronté à une mesure expérimentale
  dans le traité déjà évoqué
ça commence à faire beaucoup de lumières rouges qui clignotent sur le
détecteur de foutaise.
Voilà qui est raisonner comme une pantoufle.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
Ahmed Ouahi, Architect
2018-09-10 11:32:09 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
... Selon les constants de la nature comme N doivent changer l'univers en
temps t Nun infini ou égal N deux infini ou éqal racinne carrée N infini t
étant donné que Paul Dirac ayant inclus deux combinaisons lesquelles à leur
tour ayant inclus l'âge de l'univers t en ses grands nombres et proposé que
la relation he demandée par ces combinaisons de trois des constants de la
nature n'en étaient-ils des constant quoique en grandissent-elles de manière
stable en valeurcomme l'âge de l'inivers ainsi e au carré sur G m pr infini
ou égal t ...
--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!
Post by Python
Post by jc_lavau
Post by Python
Post by jc_lavau
Post by Python
...
Post by jc_lavau
Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
Tout comme dans le bouquin, c'est bien gentil de sortir la valeur
numérique d'un jamais bien défini "fuseau de Fermat", ce serait
encore bien plus gentil d'indiquer en quoi cette valeur se
confronte avec l'expérience d'une façon ou d'une autre: du
quantitatif confronté à rien n'a aucun sens...
Je te renvoie à Pierre de Fermat. La géométrie, il ne l'avait pas, faute
de longueur d'onde.
Rien donc. Pas vraiment une surprise. Par ailleurs outre l'absence
de référence à un quelconque texte de Fermat, il se trouve que le
terme "fuseau de Fermat" n'est utilisé que par un seul auteur, sauf
preuve du contraire, pour l'heure introuvable.
C'était impossible, tout le monde le savait.
Sauf l'idiot.
Et l'idiot l'a réussi.
Contrairement à toi qui ne réaliseras jamais rien.
6 jours plus tard aucune réflexion ne semble avoir fait comprendre
le problème à l'auteur du traité indigeste.
- Un concept physique quantitatif est évoqué à de nombreuses reprises
dans le dit traité
- Ce concept y est à peine défini (un vague schéma qui n'apporte pas
grand chose)
- Aucune référence s'y référent n'est citée, pourtant il est sous-
entendu qu'elles existent, on n'en trouve nulle trace ni par les
moteurs de recherche généralistes, ni par les moteurs de recherche
académiques (on ne tombe QUE sur des textes du même auteur), pas
même les œuvres de Fermat lui-même ne mentionne le sujet
- L'évaluation quantitative du concept en question (largeur du
fuseau de Fermat) n'est JAMAIS confronté à une mesure expérimentale
dans le traité déjà évoqué
ça commence à faire beaucoup de lumières rouges qui clignotent sur le
détecteur de foutaise.
Voilà qui est raisonner comme une pantoufle.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
Ahmed Ouahi, Architect
2018-09-03 11:05:38 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
... Quant à ce dernier Pierre de Fermat en l'occurrence n'y en aurait fallu
que payer une certaine attention adéquate à son dernier théorème ayant
stimulé la pensée mathématique à travers toutes les découvertes durant des
siècles et encore ...
--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!
Post by jc_lavau
Post by Python
...
Post by jc_lavau
Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
Tout comme dans le bouquin, c'est bien gentil de sortir la valeur
numérique d'un jamais bien défini "fuseau de Fermat", ce serait
encore bien plus gentil d'indiquer en quoi cette valeur se
confronte avec l'expérience d'une façon ou d'une autre: du
quantitatif confronté à rien n'a aucun sens...
Je te renvoie à Pierre de Fermat. La géométrie, il ne l'avait pas, faute
de longueur d'onde.
Rien donc. Pas vraiment une surprise. Par ailleurs outre l'absence
de référence à un quelconque texte de Fermat, il se trouve que le
terme "fuseau de Fermat" n'est utilisé que par un seul auteur, sauf
preuve du contraire, pour l'heure introuvable.
Ahmed Ouahi, Architect
2018-09-03 11:20:16 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
... En l'occurrence puisque n'y en a-t-il aucunement de positif nombre de
tous les nombres qui puisse-t-il résoudre x exp. n plus y exp. n en
équivaloir z exp. n toutefois n est un nombre naturel plus grand que deux
...
--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!


"Ahmed Ouahi, Architect" kirjoitti
viestissä:6A8jD.6308$***@uutiset.elisa.fi...

... Quant à ce dernier Pierre de Fermat en l'occurrence n'y en aurait fallu
que payer une certaine attention adéquate à son dernier théorème ayant
stimulé la pensée mathématique à travers toutes les découvertes durant des
siècles et encore ...
--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!
Post by jc_lavau
Post by Python
...
Post by jc_lavau
Récemment nous avions calculé la largeur du fuseau d'un photon venant de
l'amas des Hyades, quand il passe près du Soleil : le cas de la mesure
historique en 1919 par Eddington. Résultat : dans les 22 à 23 cm de
diamètre. L'inflexion gravitaire se produit par raccourcissement de la
longueur d'onde du côté interne au virage, côté Soleil.
Tout comme dans le bouquin, c'est bien gentil de sortir la valeur
numérique d'un jamais bien défini "fuseau de Fermat", ce serait
encore bien plus gentil d'indiquer en quoi cette valeur se
confronte avec l'expérience d'une façon ou d'une autre: du
quantitatif confronté à rien n'a aucun sens...
Je te renvoie à Pierre de Fermat. La géométrie, il ne l'avait pas, faute
de longueur d'onde.
Rien donc. Pas vraiment une surprise. Par ailleurs outre l'absence
de référence à un quelconque texte de Fermat, il se trouve que le
terme "fuseau de Fermat" n'est utilisé que par un seul auteur, sauf
preuve du contraire, pour l'heure introuvable.
jc_lavau
2018-08-30 11:06:54 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by François Guillet
Post by jc_lavau
Le temps newtonien est aussi faux que possible.
Le temps universel et ubiquiste d'Isaac Newton était confectionné à
l'usage de son dieu à lui qu'il avait, chargé de tout surveiller et tout
voir simultanément.
Toutefois...
Ainsi qu'il fut utilisé par Albert Einstein en 1916, dans Quantentheorie
der Strahlung (On the Quantum Theory of Radiation) Mitteilungen der
Physikalischen Gesellschaft, Zürich, 16, 47–62, tout photon transporte
une impulsion proportionnelle à sa fréquence : h.\nu / c. Einstein a
prouvé là que toute émission de photon est directionnelle.
Aussi un atome situé à des milliards d'années lumière d'ici, quand il
émet un photon, recule immédiatement, dans son ici-et-maintenant de son
repère propre. Contrairement à ce que prétend la théorie de la "fonction
d'onde" et de l'"effondrement de la fonction d'onde", il n'attend pas
des milliards d'années que le photon ait atteint un absorbeur, pour
savoir dans quelle direction il recule.
A l'arrivée, ce photon impose aussi un recul à l'atome émetteur (ou
molécule, ou cristal, etc), dans l'ici-et-maintenant de l'absorbeur. Le
photon a voyagé à temps propre nul, aussi pour lui le départ et
l'arrivée sont simultanés. Tout photon est un court-circuit à travers
des espaces-temps fort éloignés, jusqu'à quatorze milliards d'années en
l'état actuel de nos connaissances (voire bien davantage pour ce que
nous n'observons pas à présent). Tout photon rompt l'unicité de
l'espace-temps, or il circule vraiment beaucoup de photons...
...
Est-ce que cela interdit la mesure non destructive d'un photon à la
volée, par exemple à mi-chemin ?
Il y a trois principes possibles dans une mesure :
1. C'est un absorbeur qui déclenche un changement d'état dans
l'appareil­lage, pour acheminer un signal vers l'enregistreur, ou
autrefois un observateur humain (qui compte les clics d'un compteur de
Geiger, par exemple). C'est le cas majoritaire.
2. Dans une minorité de cas, c'est le changement d'état dans
l'émetteur qui est scruté par l'appareillage.
3. Dans une minorité de cas encore plus petite, c'est le milieu
traversé qui peut faire une « mesure faible », ne perturbant que peu, et
de façon parfois discrètement rattrapable, le phénomène observé.

RHL avait rêvé d'observations "télétransverses". Pur délire.
Soit ton appareil et son senseur sont l'absorbeur, soit ils ne le sont
pas. Seul l'absorbeur absorbera un quantum d'action par cyle, h.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
François Guillet
2018-08-31 18:35:58 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by jc_lavau
Post by jc_lavau
Le temps newtonien est aussi faux que possible.
Le temps universel et ubiquiste d'Isaac Newton était confectionné à
l'usage de son dieu à lui qu'il avait, chargé de tout surveiller et tout
voir simultanément.
Toutefois...
Ainsi qu'il fut utilisé par Albert Einstein en 1916, dans Quantentheorie
der Strahlung (On the Quantum Theory of Radiation) Mitteilungen der
Physikalischen Gesellschaft, Zürich, 16, 47–62, tout photon transporte
une impulsion proportionnelle à sa fréquence : h.\nu / c. Einstein a
prouvé là que toute émission de photon est directionnelle.
Aussi un atome situé à des milliards d'années lumière d'ici, quand il
émet un photon, recule immédiatement, dans son ici-et-maintenant de son
repère propre. Contrairement à ce que prétend la théorie de la "fonction
d'onde" et de l'"effondrement de la fonction d'onde", il n'attend pas
des milliards d'années que le photon ait atteint un absorbeur, pour
savoir dans quelle direction il recule.
A l'arrivée, ce photon impose aussi un recul à l'atome émetteur (ou
molécule, ou cristal, etc), dans l'ici-et-maintenant de l'absorbeur. Le
photon a voyagé à temps propre nul, aussi pour lui le départ et
l'arrivée sont simultanés. Tout photon est un court-circuit à travers
des espaces-temps fort éloignés, jusqu'à quatorze milliards d'années en
l'état actuel de nos connaissances (voire bien davantage pour ce que
nous n'observons pas à présent). Tout photon rompt l'unicité de
l'espace-temps, or il circule vraiment beaucoup de photons...
...
Est-ce que cela interdit la mesure non destructive d'un photon à la volée,
par exemple à mi-chemin ?
1. C'est un absorbeur qui déclenche un changement d'état dans
l'appareil­lage, pour acheminer un signal vers l'enregistreur, ou
autrefois un observateur humain (qui compte les clics d'un compteur de
Geiger, par exemple). C'est le cas majoritaire.
2. Dans une minorité de cas, c'est le changement d'état dans
l'émetteur qui est scruté par l'appareillage.
3. Dans une minorité de cas encore plus petite, c'est le milieu
traversé qui peut faire une « mesure faible », ne perturbant que peu, et
de façon parfois discrètement rattrapable, le phénomène observé.
RHL avait rêvé d'observations "télétransverses". Pur délire.
Soit ton appareil et son senseur sont l'absorbeur, soit ils ne le sont
pas. Seul l'absorbeur absorbera un quantum d'action par cyle, h.
Je ne vois pas comment on peut concilier une transaction quantique
émetteur/absorbeur avec le point 3. Si le photon est "un court-circuit
à travers des espaces-temps fort éloigné", pourquoi traverserait-il le
milieu intermédiaire comme s'il était une particule classique, milieu
qui influence la transaction comme l'inflexion gravitaire dont tu as
parlé ou qui permet la détection d'un photon dans une cavité ? Il
manque une pièce au puzzle.
jc_lavau
2018-08-31 19:32:44 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by François Guillet
Post by François Guillet
Post by jc_lavau
Le temps newtonien est aussi faux que possible.
Le temps universel et ubiquiste d'Isaac Newton était confectionné à
l'usage de son dieu à lui qu'il avait, chargé de tout surveiller et tout
voir simultanément.
Toutefois...
Ainsi qu'il fut utilisé par Albert Einstein en 1916, dans
Quantentheorie
der Strahlung (On the Quantum Theory of Radiation) Mitteilungen der
Physikalischen Gesellschaft, Zürich, 16, 47–62, tout photon transporte
une impulsion proportionnelle à sa fréquence : h.\nu / c. Einstein a
prouvé là que toute émission de photon est directionnelle.
Aussi un atome situé à des milliards d'années lumière d'ici, quand il
émet un photon, recule immédiatement, dans son ici-et-maintenant de son
repère propre. Contrairement à ce que prétend la théorie de la "fonction
d'onde" et de l'"effondrement de la fonction d'onde", il n'attend pas
des milliards d'années que le photon ait atteint un absorbeur, pour
savoir dans quelle direction il recule.
A l'arrivée, ce photon impose aussi un recul à l'atome émetteur (ou
molécule, ou cristal, etc), dans l'ici-et-maintenant de l'absorbeur. Le
photon a voyagé à temps propre nul, aussi pour lui le départ et
l'arrivée sont simultanés. Tout photon est un court-circuit à travers
des espaces-temps fort éloignés, jusqu'à quatorze milliards d'années en
l'état actuel de nos connaissances (voire bien davantage pour ce que
nous n'observons pas à présent). Tout photon rompt l'unicité de
l'espace-temps, or il circule vraiment beaucoup de photons...
...
Est-ce que cela interdit la mesure non destructive d'un photon à la
volée, par exemple à mi-chemin ?
     1. C'est un absorbeur qui déclenche un changement d'état dans
l'appareil­lage, pour acheminer un signal vers l'enregistreur, ou
autrefois un observateur humain (qui compte les clics d'un compteur de
Geiger, par exemple). C'est le cas majoritaire.
     2. Dans une minorité de cas, c'est le changement d'état dans
l'émetteur qui est scruté par l'appareillage.
     3. Dans une minorité de cas encore plus petite, c'est le milieu
traversé qui peut faire une « mesure faible », ne perturbant que peu, et
de façon parfois discrètement rattrapable, le phénomène observé.
RHL avait rêvé d'observations "télétransverses". Pur délire.
Soit ton appareil et son senseur sont l'absorbeur, soit ils ne le sont
pas. Seul l'absorbeur absorbera un quantum d'action par cyle, h.
Je ne vois pas comment on peut concilier une transaction quantique
émetteur/absorbeur avec le point 3. Si le photon est "un court-circuit à
travers des espaces-temps fort éloigné", pourquoi traverserait-il le
milieu intermédiaire comme s'il était une particule classique, milieu
qui influence la transaction comme l'inflexion gravitaire dont tu as
parlé ou qui permet la détection d'un photon dans une cavité ? Il manque
une pièce au puzzle.
Il en manque plus que ça encore. La difficulté est de démêler quoi est
exploitable dans les faits connus en astronomie interférentielle. Le
simple "bunching" (regroupement) des photons implique une action du
milieu contenant de nombreux photons en interaction bosonique, vers les
émetteurs, pour qu'ils synchronisent approximativement leurs émissions.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
Ahmed Ouahi, Architect
2018-09-01 12:05:42 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
... Cependant au sein du cas particulier des photons puisque ces derniers en
sont-il des particules de masse nulle se déplacant à la vitesse c où les
deux photons ayant la même énergie donc ayant des quantités de mouvement de
même norme ...
--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!


"jc_lavau" kirjoitti viestissä:pmc54t$57v$***@shakotay.alphanet.ch...


Il en manque plus que ça encore. La difficulté est de démêler quoi est
exploitable dans les faits connus en astronomie interférentielle. Le
simple "bunching" (regroupement) des photons implique une action du
milieu contenant de nombreux photons en interaction bosonique, vers les
émetteurs, pour qu'ils synchronisent approximativement leurs émissions.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
Ahmed Ouahi, Architect
2018-09-01 12:39:36 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
... Quant à ton interaction bosonique dont en s'agissait-il au juste du
modèle standard qui en consistait-il de six quarks tout simplement en
l'occurrence six leptons dont cinq connus comme bosons et postulés comme six
étant que le Higgs boson nommé ainsi pour le scientifique scotlandais
prénomé Peter Higgs en plus de trois des des quatre forces physiques pour
la forte et la faible force nucléaire et l'électromagnétisme ...
--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!

"Ahmed Ouahi, Architect" kirjoitti
viestissä:ngviD.6212$***@uutiset.elisa.fi...

... Cependant au sein du cas particulier des photons puisque ces derniers en
sont-il des particules de masse nulle se déplacant à la vitesse c où les
deux photons ayant la même énergie donc ayant des quantités de mouvement de
même norme ...
--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!


"jc_lavau" kirjoitti viestissä:pmc54t$57v$***@shakotay.alphanet.ch...


Il en manque plus que ça encore. La difficulté est de démêler quoi est
exploitable dans les faits connus en astronomie interférentielle. Le
simple "bunching" (regroupement) des photons implique une action du
milieu contenant de nombreux photons en interaction bosonique, vers les
émetteurs, pour qu'ils synchronisent approximativement leurs émissions.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
robby
2018-09-01 17:28:47 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Le simple "bunching" (regroupement) des photons implique une action du
milieu contenant de nombreux photons en interaction bosonique, vers les
émetteurs, pour qu'ils synchronisent approximativement leurs émissions.
c'est effet est-il avéré ? par quoi ?

pour moi, en interpherométrie, c'est vraiment la même "onde photonique"
qui atteint (élastiquement) les deux "capteurs" (guides, plutôt) éloigné
de plusieurs km.
Ou tu pensais a autre chose ?
--
Fabrice
jc_lavau
2018-09-02 10:13:00 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by robby
Le simple "bunching" (regroupement) des photons implique une action du
milieu contenant de nombreux photons en interaction bosonique, vers les
émetteurs, pour qu'ils synchronisent approximativement leurs émissions.
c'est effet est-il avéré ? par quoi ?
pour moi, en interpherométrie, c'est vraiment la même "onde photonique"
qui atteint (élastiquement) les deux "capteurs" (guides, plutôt) éloigné
de plusieurs km.
Ou tu pensais a autre chose ?
Les tout premiers temps de l'astronomie interférentielle, on pouvait
envisager la recombinaison individuelle des photons par deux miroirs.
Moyennant toutefois des conditions de polarisation impossibles à
satisfaire.

Avec les larges bases, cette fiction devient farfelue. On enregistre
bien des photons distincts, mais corrélés par leur long parcours
partagé.

Or la longueur individuelle de chacun est fortement limitée, bien plus
limitée que leur largeur, déjà sur le trajet Soleil-Terre, a fortiori
sur un trajet astronomique. L'admittance du vide pour chacun est
nettement améliorée par l'interaction bosonique. Or c'est bien cette
admittance qui gouverne en partie les transactions. D'où des émissions
corrélées.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
François Guillet
2018-09-01 17:39:07 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by jc_lavau
Post by François Guillet
Post by François Guillet
Post by jc_lavau
Le temps newtonien est aussi faux que possible.
Le temps universel et ubiquiste d'Isaac Newton était confectionné à
l'usage de son dieu à lui qu'il avait, chargé de tout surveiller et tout
voir simultanément.
Toutefois...
Ainsi qu'il fut utilisé par Albert Einstein en 1916, dans Quantentheorie
der Strahlung (On the Quantum Theory of Radiation) Mitteilungen der
Physikalischen Gesellschaft, Zürich, 16, 47–62, tout photon transporte
une impulsion proportionnelle à sa fréquence : h.\nu / c. Einstein a
prouvé là que toute émission de photon est directionnelle.
Aussi un atome situé à des milliards d'années lumière d'ici, quand il
émet un photon, recule immédiatement, dans son ici-et-maintenant de son
repère propre. Contrairement à ce que prétend la théorie de la "fonction
d'onde" et de l'"effondrement de la fonction d'onde", il n'attend pas
des milliards d'années que le photon ait atteint un absorbeur, pour
savoir dans quelle direction il recule.
A l'arrivée, ce photon impose aussi un recul à l'atome émetteur (ou
molécule, ou cristal, etc), dans l'ici-et-maintenant de l'absorbeur. Le
photon a voyagé à temps propre nul, aussi pour lui le départ et
l'arrivée sont simultanés. Tout photon est un court-circuit à travers
des espaces-temps fort éloignés, jusqu'à quatorze milliards d'années en
l'état actuel de nos connaissances (voire bien davantage pour ce que
nous n'observons pas à présent). Tout photon rompt l'unicité de
l'espace-temps, or il circule vraiment beaucoup de photons...
...
Est-ce que cela interdit la mesure non destructive d'un photon à la
volée, par exemple à mi-chemin ?
     1. C'est un absorbeur qui déclenche un changement d'état dans
l'appareil­lage, pour acheminer un signal vers l'enregistreur, ou
autrefois un observateur humain (qui compte les clics d'un compteur de
Geiger, par exemple). C'est le cas majoritaire.
     2. Dans une minorité de cas, c'est le changement d'état dans
l'émetteur qui est scruté par l'appareillage.
     3. Dans une minorité de cas encore plus petite, c'est le milieu
traversé qui peut faire une « mesure faible », ne perturbant que peu, et
de façon parfois discrètement rattrapable, le phénomène observé.
RHL avait rêvé d'observations "télétransverses". Pur délire.
Soit ton appareil et son senseur sont l'absorbeur, soit ils ne le sont
pas. Seul l'absorbeur absorbera un quantum d'action par cyle, h.
Je ne vois pas comment on peut concilier une transaction quantique
émetteur/absorbeur avec le point 3. Si le photon est "un court-circuit à
travers des espaces-temps fort éloigné", pourquoi traverserait-il le milieu
intermédiaire comme s'il était une particule classique, milieu qui
influence la transaction comme l'inflexion gravitaire dont tu as parlé ou
qui permet la détection d'un photon dans une cavité ? Il manque une pièce
au puzzle.
Il en manque plus que ça encore. La difficulté est de démêler quoi est
exploitable dans les faits connus en astronomie interférentielle. Le
simple "bunching" (regroupement) des photons implique une action du
milieu contenant de nombreux photons en interaction bosonique, vers les
émetteurs, pour qu'ils synchronisent approximativement leurs émissions.
Une idée qui tombe pile-poil, "A possible origin of quantum
correlations" :
https://arxiv.org/abs/1808.10271

Peut-être une partie du puzzle comblé ?
Le "point de vue du photon" est adopté et explique l'instantanéïté, les
expériences à choix retardé, la relativité explique pourquoi il n'y a
pas de contradiction avec le pseudo-choix du photon de se comporter en
onde ou en particule, pourquoi ça marche aussi avec des particules avec
masse. La corrélation des photons intriqués est aussi expliquée (onde
entre les deux dans un domaine non-local). le bouclage est fait avec
l'interprétation De Broglie–Bohm. Ca me dépasse un peu...
Ahmed Ouahi, Architect
2018-08-30 13:06:17 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
... Quitte s'en poser des questions sur certains ingrédients de l'univers
ainsi que son existence qui en est-elle le dernier mystère de la science en
général et en particulier ayant eu toute une succession de fameux physiciens
en finir par une ultime explication porquoi en sont-ils comme ils sont dont
le but en découvrir qu'est-ce qu'ils sont que certains s'en adonnent-ils à
se demander coment les appeler ...
--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!


"jc_lavau" kirjoitti viestissä:pm6jds$m8f$***@shakotay.alphanet.ch...

Le temps newtonien est aussi faux que possible.

Le temps universel et ubiquiste d'Isaac Newton était confectionné à
l'usage de son dieu à lui qu'il avait, chargé de tout surveiller et tout
voir simultanément.
Toutefois...
Ainsi qu'il fut utilisé par Albert Einstein en 1916, dans Quantentheorie
der Strahlung (On the Quantum Theory of Radiation) Mitteilungen der
Physikalischen Gesellschaft, Zürich, 16, 47–62, tout photon transporte
une impulsion proportionnelle à sa fréquence : h.\nu / c. Einstein a
prouvé là que toute émission de photon est directionnelle.

Aussi un atome situé à des milliards d'années lumière d'ici, quand il
émet un photon, recule immédiatement, dans son ici-et-maintenant de son
repère propre. Contrairement à ce que prétend la théorie de la "fonction
d'onde" et de l'"effondrement de la fonction d'onde", il n'attend pas
des milliards d'années que le photon ait atteint un absorbeur, pour
savoir dans quelle direction il recule.

A l'arrivée, ce photon impose aussi un recul à l'atome émetteur (ou
molécule, ou cristal, etc), dans l'ici-et-maintenant de l'absorbeur. Le
photon a voyagé à temps propre nul, aussi pour lui le départ et
l'arrivée sont simultanés. Tout photon est un court-circuit à travers
des espaces-temps fort éloignés, jusqu'à quatorze milliards d'années en
l'état actuel de nos connaissances (voire bien davantage pour ce que
nous n'observons pas à présent). Tout photon rompt l'unicité de
l'espace-temps, or il circule vraiment beaucoup de photons...

La mauvaise nouvelle est que dans tous les amphis de Mécanique
Quantique, et dans tous les manuels, il utilisent et enseignent ce temps
newtonien, comme paramètre universel et ubiquiste, à leur disposition.

Tout étudiant en psychologie développementale, qui a étudié la
construction du réel chez l'enfant avec Jean Piaget, reconnaît
immédiatement l'immaturité des enseignants de MQ, qui s'imaginent qu'ils
créent l'événement quand ils daignent l'observer.

Cela prend des années à l'enfant pour dégager la permanence des objets,
au delà des tableaux à sa disposition. Quand vous prenez une boule de
pâte à modeler et l'étirez en long boudin, il est un âge où les enfants
décident qu'il y en a plus, puisqu'ils la voient davantage. Reformez la
boule, et l'enfant du même âge opine qu'il y en a moins. Un an plus
tard, il opinera pour la conservation : "J'ai bien vu que tu n'en
rajoutais pas".

A ce jour, les croyants n'ont pas encore intégré la conservation de
l'impulsion (aux corrections relativistes près) et du quantum de Planck.
J'ai déjà traduit une de ces vedettes à
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/exemple-de-l-impasse-gottingen-193976

et depuis elle a fourni bien d'autres échantillons de sa théologie.

En tout repère, notre macro-temps n'est qu'une émergence statistique de
toutes les interactions, et est dépourvu de tout pouvoir causal en
microphysique.
--
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
Loading...